Défauts sur les feux d’une voiture : les peines encourues | Kyump Défauts sur les feux d’une voiture : les peines encourues – Kyump
Kyump.com,
l'intermédiaire de confiance entre particuliers n°1 de la voiture d'occasion
Retour à l'accueil
Derniers articles publiés :

Voitures au GPL : sont-elles vraiment plus économiques ?

Trouver une borne pour sa voiture électrique : le top 3 des applications mobile

Bien choisir son assurance auto: 3 points clés

Votre cote auto gratuite en quelques clics :

Défauts sur les feux d’une voiture : les peines encourues

Publié le 15.04.2019 - Mis à jour le 23.04.2019



Les différents éclairages d’une voiture sont très importants, à la fois pour voir, être vu et être compris sur la route. C’est grâce aux différents feux que le conducteur peut communiquer avec les autres automobilistes et se repérer par faible luminosité/visibilité. Mais lorsqu’un ou plusieurs de vos feux sont défectueux, vous augmentez vos risques, notamment en cas de contrôle de police. Quelles sont les peines encourues en cas de défaut constaté lors d’un contrôle ?

feux voiture

Le rôle des feux d’éclairage d’une voiture

Les feux (y compris les clignotants) ont un rôle important lors de l’utilisation d’une auto. Ils permettent de signaler vos mouvements latéraux ou de freinage, ou tout simplement la présence d’une voiture, notamment pour les feux arrière. Pour éviter tout danger, il y a plusieurs feux obligatoires sur un véhicule.

Petit rappel sur le rôle des feux les plus importants  :

Les feux de jour : Rendus obligatoires sur les voitures récentes, les feux de jour profitent à la visibilité des utilisateurs face à face même en plein jour. Dans les zones sombres en journée, ils sont d’une précieuse aide et augmentent la sécurité. Ces feux n’ont en revanche pas une portée et une puissance suffisante pour remplacer les feux de croisement. Ils profitent généralement de la technologie LED.

Les feux de route : placés à l’avant, ils servent à éclairer la nuit ou lors d’une très mauvaise visibilité de la route. Ils sont rarement utilisés car leur portée de 100m minimum éblouit les autres automobilistes, et sont donc à privilégier pour une utilisation sur une route ou autoroute peu fréquentées.

Les feux de croisement : placés à l’avant, ils sont obligatoires dès la nuit tombée ou lorsque la visibilité devient difficile comme par temps de pluie ou de brouillard. Ce sont les principaux phares, ceux-ci s’allument souvent automatiquement une fois la nuit tombée sur les véhicules modernes.

Les feux de position avant/arrière : à l’avant ils sont blancs, à l’arrière ils sont rouges. Ils permettent d’être visible par les autres usagers. Ils n’éblouissent pas. Les feux de jour remplacent peu à peu les feux de position à ampoule sur les voitures récentes.

Les feux stop : placés à l’arrière, ils s’allument lorsque le conducteur freine. La luminosité de ces feux stop doit être plus intense que celle des feux de position afin que les autres automobilistes puissent distinguer une action de freinage effectuée par une voiture les précédant.

Les feux de recul : placés à l’arrière, ils sont blancs et indiquent aux autres conducteurs que la voiture recule.

Les feux indicateurs de direction avant/arrière : placés à l’avant et à l’arrière de chaque côté de la voiture, ces feux sont aussi appelés clignotants, puisqu’ils s’allument et s’éteignent à intervalle régulier, afin de capter l’attention des autres utilisateurs. Ils permettent ainsi de signaler lorsque le conducteur tourne à droite ou à gauche, quelle sortie il prend dans un rond-point, etc…

Les répétiteurs latéraux : apposés devant les portes avant des voitures permettent également d’augmenter la visibilité latérale des clignotants. Ils sont les 5ème et 6ème feux clignotants. Associés tous ensemble, ils émettent un clignotement qui signale une situation de détresse, on les appelle aussi feux de détresse dans ce cas là.

Les risques et peines encourues en cas de défaillance des feux sur un véhicule

Lorsque les feux, y compris les clignotants sont défaillants, le conducteur court un risque et se met dans une situation d’illégalité. Néanmoins, les peines sont différentes en fonction du motif et du degré de la défaillance.

En cas de défaillance :

  • Lorsque les feux n’éclairent pas suffisamment comme ils le devraient ou s’ils sont cassés, la peine encourue est une contravention de 3ème classe. L’amende est forfaitaire et de 68€, une immobilisation du véhicule est également possible et décidée par les forces de l’ordre en cas de besoin. Cela concerne uniquement les feux cassés qui ne mettent pas en danger le conducteur et les autres automobilistes.
  • Si le conducteur roule avec des feux cassés ou abîmés en pleine nuit, ou dans un lieu où la visibilité est très mauvaise, il sera puni d’une amende de 135€ et d’un retrait de 4 points. Dans certains cas qui engendrent un grand danger, une suspension de permis par les force de l’ordre est envisageable.

En cas d’oubli :

  • Il faut le savoir, mais lorsque le conducteur d’un véhicule en mouvement oublie d’allumer ses feux quand la visibilité est mauvaise, ou quand il n’y a pas d’éclairage, il encourt une lourde peine : 135€ d’amende ainsi qu’un retrait de 4 points et dans les cas de fort danger une suspension de permis possible.
  • Lorsque le conducteur oublie d’allumer ses feux mais que l’éclairage extérieur est suffisant, il devra payer l’amende de 135€ mais ne risque à-priori pas de retrait de points, l’appréciation finale restant entièrement à l’appréciation de la maréchaussée.
  • Lorsque l’automobiliste oublie d’enclencher ses clignotants quand il se gare, quand il prend un rond-point ou qu’il dépasse une autre voiture, il peut encourir une amende de 35€ et un retrait de 4 points sur son permis de conduire. Ces manquements sont problématiques dans la circulation et sont générateurs d’accidents.

En cas d’usage abusif :

  • Utiliser ses feux de route de façon abusive peut entraîner un aveuglement des autres automobilistes. Cela est passible d’une amende de 135€, même si dans les faits il est très difficile pour les forces de l’ordre de vérifier cet élément.
  • Utiliser ses feux de détresse sans raison valable peut théoriquement être sanctionné par une amende de 35€. Se garer en double file et utiliser ses feux de détresse n’est pas représentatif d’une situation de détresse !

Si vous avez perdu des points à cause de défaillance de vos feux, vous pouvez consulter notre article sur la récupération des points.

À savoir : les feux automatiques se sont largement démocratisés Aujourd’hui, de très nombreux modèles de voitures qui disposent de feux dits « automatiques à fonction jour/nuit intégrée ». C’est un équipement qui permet au conducteur de ne pas allumer les feux manuellement. Les différents s’allument automatiquement en fonction d’un capteur qui prend en compte l’éclairage extérieur, la météo et la visibilité.

Lire aussi : Utilisation du téléphone au volant : les peines encourues ou encore Alcoolémie au volent : les sanctions

Chez Kyump, nous nous efforçons de vendre des voitures dans un bon état. Les voitures sont inspectées et vérifiées avant chaque vente. Tous les feux fonctionnent et ne montrent aucune défaillance. Si vous souhaitez acheter une voiture en très bon état, n’hésitez pas à voir nos différents véhicules à disposition grâce au bouton ci-dessous.

Kyump.com,
l'intermédiaire de confiance entre particuliers n°1 de la voiture d'occasion